mardi 5 décembre 2017

La prison comme laboratoire de maladies : Tuberculose, norovirus dans une prison anglaise gérée par G4S (1600 détenus). Et en Belgique ?

(photo la prison de Oakwood)

Sur le rapport sur la santé des détenus belges voir l'article de Annick Lovine paru dans Lalibre en bas..

SOURCE


Inmates struck down by TB and Norovirus at Oakwood Prison
By Jessica Labhart | South Staffordshire | News | Published: Dec 4, 2017

Cases of TB and norovirus have been reported at a Midlands prison.
HMP Oakwood in Featherstone, near Wolverhampton
One inmate at HMP Oakwood, in Featherstone, is suffering from tuberculosis and ‘around 30’ have the sickness bug.
G4S, the security firm that runs the prison, confirmed the case of TB last week.

The diagnosed inmate was immediately sent to hospital for treatment of the condition which spreads through people inhaling tiny droplets from the coughs or sneezes of an infected person.
It mainly affects the lungs, but it can affect any part of the body, including the stomach, bones and nervous system.

Now, G4S has confirmed that as well as screening inmates for TB, staff are dealing with an outbreak of the sickness bug norovirus, which has already affected 30 prisoners.
The firm says it has isolated the affected inmates to try and halt the spread of the winter vomiting virus too.

The category C male prison has more than 1,600 inmates.

Deputy director for HMP Oakwood, Sean Oliver, said: “We have identified one case of tuberculosis and the prisoner affected has received treatment at hospital and since returned to prison.
“The health of our team and the prisoners in our custody is our priority and alongside our healthcare provider, Care UK, we are liaising with Public Health England and screening those who may have been in close contact with the person affected.”
Symptoms of TB, according to the NHS Choices website are: “a persistent cough that lasts more than three weeks and usually brings up phlegm, which may be bloody, weight loss, night sweats, a high temperature, tiredness and fatigue, loss of appetite and swellings in the neck.”

Tests to find out if someone has the illness include a chest X-ray, blood tests, and a skin test.
National advice on how to tackle the condition states: “Always cover your mouth when coughing, sneezing or laughing.
"Carefully dispose of any used tissues in a sealed plastic bag. Open windows when possible to ensure a good supply of fresh air in the areas where you spend time and avoid sleeping in the same room as other people.”

Speaking of the issue of norovirus at the prison, deputy director Oliver added: “Around 30 prisoners in one of our house blocks contracted Norovirus this week. We are working closely with the prison’s Care UK healthcare team to treat the men affected.
“In order to prevent the illness spreading further, those men who are unwell are being kept in isolation and separate from the rest of the prisoners we look after.”
Symptoms of Norovirus include sudden feelings of nausea, projectile vomiting and diarrhoea.

The news comes as last year, prisoners were taken to hospital after falling ill after taking so-called ‘legal highs’ while serving time at the prison.
Earlier this year, a report by the Independent Monitoring Board (IMB) stated the prison had an ‘ongoing issue’ with drones flying in mobile phones and drugs to inmates.
The Ministry of Defence declined to comment.

Read more at https://www.expressandstar.com/news/local-hubs/wolverhampton/2017/12/04/break-out-of-tb-at-hmp-oakwood/#DZcj3IpqZi81KKPZ.99

Les détenus belges sont en mauvaise santé

ANNICK HOVINE Publié le mercredi 18 octobre 2017

Une étude publiée mardi montre qu’ils consultent un médecin 24 fois par an en moyenne. Contre 3 pour le citoyen lambda.
La prison rend-elle malade ? Un détenu consulte un médecin… 24 fois par an en moyenne, dont 18 fois un généraliste et 3 fois un psychiatre. 
Même si on sait que les détenus s’adressent au médecin pour des raisons non médicales (demander un matelas, évoquer un conflit…), la comparaison avec le citoyen lambda est éloquente. Hors les murs, les adultes (âgés de 20 à 50 ans) se rendent en moyenne trois fois par an chez leur médecin de famille, selon l’enquête de l’Institut scientifique de santé publique (ISP) réalisée en 2013. Autre indication : à peine la moitié des personnes incarcérées (51,2 %) déclarent être en bonne santé, pour trois quarts de la population moyenne.

Ces quelques données sont extraites d’un rapport, rendu public mardi, par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE). Aujourd’hui, c’est le SPF Justice qui finance les soins, détermine le cadre de travail, les procédures et même les quotas d’heures de consultation ! Il existe une volonté politique de les transférer vers le SPF Santé publique. Le Centre fédéral d’expertise a été chargé de faire une analyse critique de l’organisation des soins de santé dans les prisons belges et de proposer des scénarios pour le futur (lire ci-contre).

Où est le psychiatre ?

Six équipes de 30 chercheurs ont ainsi pris le pouls des détenus dans les 35 prisons du pays entre avril 2015 et avril 2016. Leur diagnostic est sombre : bon nombre de prisonniers sont en mauvaise santé, souffrant de troubles psychiques, de maladies infectieuses (tuberculose, HIV…) et d’assuétudes.
Ceux qui sont restés en prison au cours de toute la période ont quasi tous (94 %) reçu au moins une prescription médicale, précise l’étude. Pour quels maux ? Les problèmes de santé mentale arrivent en premier : 43 % des prescriptions concernaient des antidépresseurs et des anxiolytiques. On constate pourtant "une quasi absence de contacts avec un psychiatre" dans certaines prisons, disent les chercheurs. Une observation confirmée au cours des entrevues avec les médecins durant leurs visites.

Conflits de loyauté

En principe, les détenus ont droit à des soins de qualité équivalents à ceux qui sont prodigués à l’extérieur par des prestataires de soins indépendants. On en est loin. Pas question de mettre en cause les personnels de santé qui, "avec les moyens du bord", assurent un travail qui mérite considération et respect. Ce sont plutôt les conditions dans lesquelles ils doivent exercer qui posent problème et génèrent des conflits de loyauté. Exemple ? Les médecins des prisons sont impliqués dans les procédures disciplinaires. La direction doit demander l’avis préalable d’un médecin, qui est parfois… le médecin traitant de l’intéressé, avant une mise en isolement.
Les détenus doivent demander une consultation chez le médecin via un formulaire à remettre à un agent pénitentiaire. Où est la confidentialité ? Pour les urgences, il n’existe pas de système de garde uniformes; le "check-up" d’entrée n’est pas assez approfondi; il n’existe pas de dépistage systématique des maladies infectieuses; la distribution des médicaments ne respecte pas toujours les horaires d’administration ni le dosage par prise…
Le rapport pointe encore l’insuffisance de gestion centralisée des soins, la pénurie de prestataires et les retards de paiement des médecins - ceci expliquant d’ailleurs sans doute cela.

La réforme ne sera pas simple

Il faudra beaucoup d’énergie et des ressources supplémentaires pour hisser la Belgique "hors de la zone d’infamie" des statistiques internationales, pointent Raf Mertens et Christian Léonard, directeur général et directeur général adjoint du Centre fédéral d’expertise des soins de santé. "Ce ne sera pas une réforme facile : la culture pénitentiaire n’est pas nécessairement compatible avec celle des soins", pronostiquent-ils.
D’autant que le transfert des soins de santé pénitentiaires de la Justice à la Santé publique ne sera pas budgétairement indolore. Si le KCE n’a pas trouvé de données précises concernant le coût d’une telle opération dans les pays qui ont déjà procédé au basculement, les dépenses de soins de santé aux détenus y ont augmenté… de 20 à 40 %. De quoi faire vaciller la volonté politique ?

Huit fois plus de suicides en prison

Pour la réforme des soins de première ligne, le KCE a retenu deux scénarios. Un : le maintien du système actuel, mais sous l’égide du ministre de la Santé publique. Deux : un système, également sous la tutelle de la Santé publique, où les prestataires de soins (généralistes, infirmiers, psychologues, psychiatres, kinés, dentistes…) fonctionneraient dans une dynamique interdisciplinaire, sous la coordination du généraliste. Une majorité des intervenants marque leur préférence pour ce second scénario.
La balle est désormais dans le camp des décideurs. Si la politique pénitentiaire relève toujours du fédéral, l’offre de services aux détenus a été transférée aux entités fédérées par la sixième réforme de l’Etat. C’est dans ce cadre que le ministre des Maisons de Justice, Rachid Madrane (PS), a initié lundi une Conférence interministérielle sur l’aide derrière les barreaux. "Les détenus sont des citoyens à part entière", rappelait-il à l’issue de cette rencontre. Le plan d’action mis au point par les 13 (!) ministres francophones concernés inclut notamment la prévention de maladies infectieuses (comme le sida) et la santé mentale. Indispensable quand on sait que le taux de suicide est huit fois plus élevé en prison qu’à l’extérieur.
Annick Hovine

mercredi 8 novembre 2017

"DÉTENU, ET LA FAMILLE ?" FARIDA AARRASS et RACHIDA BELLIRAJ TÉMOIGNENT (Journées nationales de la prison 23 novembre 2017)

Vernissage Expo Hors les murs & Témoignages de familles


Vernissage de l'exposition Hors les murs présentant les dessins des détenues de la prison pour femmes de Berkendael ainsi que des témoignages audio.

Témoignages de familles, en présence de Farida Aarrass et Rachida Belliraj, affectées par la détention d'un membre de leur famille au Maroc.

Chaque semaine depuis bientôt 3 ans un atelier de peinture se tient à la prison de Berkendael. Il est animé par Céline Cuvelier, artiste diplômée des Beaux-Arts de Bruxelles en collaboration avec l'Office de Réadaptation Sociale asbl et soutenu par la fondation Joaris-Goffinet, le Rotary Club Altitude et l'asbl Les Frangins. Les travaux réalisés lors de cet atelier sont exposés au Phare du Kanaal jusqu'au 9 décembre.

Dans cette même prison, le CTV-Media et l'Office de Réadaptation Sociale organisent depuis 2 ans un atelier radio avec les détenues. Quelques témoignages des détenues participants à cet atelier seront disposés dans les lieux.

A partir de 18h30, un échange aura lieu avec Farida Aarrass et Rachida Belliraj sur la situation des familles affectées par l'incarcération d'un proche au Maroc.

Quand ? Le jeudi 23 novembre 2017 de 17 à 21 h.

Où ? Le Phare du Kanaal, Quai des Charbonnages 40, 1080 Molenbeek 


Site des Journées nationales de la prison, cliquez ICI





mardi 17 octobre 2017

Une lettre qui émeut : Gilles Perault écrit à Marie-Jo Fressard sur son livre sur les prisonniers sahraouis

Gilles Perrault / © CM, F3 BNie, avec AFP/ Mychelle Daniau, image du film sur Gilles Perault : L'écriture comme une arme, documentaire de Thierry Durand

 Chère Marie-Jo,

Tu es l’honneur de toutes les grands-mères (et grands-pères) de France, Navarre et autres lieux, tu démontres que s'il y a un âge pour courir le marathon, il n'y en a pas pour la solidarité. 

Ce  que tu fais est magnifique.
   
Ton livre contribue à briser le silence complice qui permet à une occupation honteuse de perdurer. Violation de la loi internationale, déni des décisions de l’ONU, fraudes et magouilles de toutes sortes : tout est mis en œuvre pour perpétuer l’étouffement de  la voix d’un peuple qui aspire légitimement à la liberté. 

Tu ne lâches pas. Tu as raison. Ton livre m'a ému et revigoré."

Pardonne-moi de t’en remercier avec du retard. J’ai chopé une saloperie qui s’appelle DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) qui vous démolit la rétine et conduit à la cécité. 
Je lis avec grande difficulté à l’aide d’une loupe électronique. 
Pardonne-moi donc mon écriture flageolante et sans doute quelques fautes…

Tiens bon, chère Marie-Jo !

Je t’embrasse
Gilles


"Drôle d’occupation pour une grand-mère" le livre de Marie-Jo Fressard sur le Sahara Occidental est paru Edition APSO 

Histoires de prisonniers politiques sahraouis, petite histoire du conflit 

Pour se le procurer : 

- Commander à APSO, en écrivant à APSOlument @ yahoo.fr 

Merci de le lire, de le faire lire, de le diffuser afin que l’inacceptable souffrance d’un peuple pacifique ne reste pas dans l’oubli ! 

84p. 8 € 

ISBN 978-2-9552413-2-5

vendredi 6 octobre 2017

Un nouveau livre de Marie-Jo Fressard, marraine de prisonniers sahraouis, vient de paraître

Marie-Jo Fressard, au centre, avec Khadija Ryadi
 et Luk Vervaet
"Drôle d’occupation pour une grand-mère" le livre de Marie-Jo Fressard sur le Sahara Occidental est paru Edition APSO 

Histoires de prisonniers politiques sahraouis, petite histoire du conflit 

L’auteure raconte le conflit du Sahara Occidental à travers le parcours de trois jeunes Sahraouis, Hassan, Salek et Salah. 
Leurs projets, leurs espoirs, leur infinie incarcération - 30 ans, perpétuité… - les longues semaines passées au cachot nauséabond, les séances de torture dont ils sont victimes pour avoir demandé l’autodétermination. 
Marie-Jo Fressard à la Fête de l'Huma 2017

Le livre raconte aussi les 42 ans de lutte courageuse d'un peuple pacifique qui ne demande que la paix, la justice sociale et surtout la liberté de choisir son avenir et de jouir de ses richesses. 
Ce que son colonisateur, le Maroc, lui refuse avec une rare arrogance, en pillant goulument et illégalement toutes les ressources de son pays. 

 

 Pour se le procurer

- Commander à APSO, en écrivant à APSOlument @ yahoo.fr 

Merci de le lire, de le faire lire, de le diffuser afin que l’inacceptable souffrance d’un peuple pacifique ne reste pas dans l’oubli ! 

84p. 8 € 

ISBN 978-2-9552413-2-5



jeudi 14 septembre 2017

Haren (Bruxelles) : « 3 multinationales pour une mégaprison » Communiqué de presse 14 septembre 2017

Communiqué de presse 14 septembre 2017
Haren : « 3 multinationales pour une mégaprison »

Alors que les promoteurs de la mégaprison n’ont toujours donné aucune information précise sur la manière dont devrait être financé ce projet démesuré, une nouvelle étape est franchie. La Régie des bâtiments et trois multinationales interviennent dans les recours au Conseil d’Etat introduits par les citoyens, contre eux.
Les 3 multinationales ont des pratiques douteuses à plus d’un titre. Les signataires demandent aux députés de faire la lumière sur Cafasso et le financement de la mégaprison. L’Etat peut-il s’engager avec des multinationales qui ont prouvé leurs défaillances régulières comme Macquarie ? Quel contrôle parlementaire existe-t-il des activités de Denys NV qui dispose de larges contrats avec l’Arabie Saoudite alors que l’ONU a condamné ce pays pour ses exactions dans la guerre du Yémen ? Denys NV a-t-elle encore des activités commerciales avec les autorités du Yémen sur le pipeline LNG qui est au cœur de cette sale guerre ? Les députés peuvent-ils accepter qu’une structure comme PPP infrastructure Investment soit mise en place par Cafasso à Amsterdam alors que tout indique qu’il s’agit d’un dispositif d’évasion fiscale ?

*
*             *

Mégaprison : le règne de l’opacité et du déséquilibre des forces

Les recours introduits par les opposants à la mégaprison de Bruxelles/Haren arrivent au Conseil d’Etat. Quatre parties se sont jointes à la cause, CONTRE les citoyens : la Régie des Bâtiments, et trois multinationales qui font partie du consortium Cafasso, soumissionnaire préférentiel pour le projet toxique de mégaprison.

Cafasso n’a toujours pas de personnalité juridique, au motif que le marché de la mégaprison n’a pas encore été définitivement attribué. Ce sont donc trois multinationales qui le constituent qui se joignent à la cause :

·                    Macquarie Corporate Holdings Pty Limited, Société de droit australien ayant son siège à Level 6 50 Martin Place Sydney, NSW 2000 Australie,
·                    PPP Infrastructure Investment B.V. Société de droit néerlandais, ayant son siège Claude Debussylaan 24, 1082MD Amsterdam,
·                    Denys NV, ayant son siège Industrieweg 124 à 9032 GENT.

L’implication de ces multinationales dans les recours introduits par les opposants rappelle encore le déséquilibre des forces en faveur des entreprises qui veulent privatiser la détention.

La mégaprison n’est pas un projet d’intérêt public, mais une opération de spéculation privée

La presse a abondamment souligné il y a quelques mois que ces multinationales ont fait inscrire une clause d’indemnité dans le cas où la mégaprison serait heureusement annulée. Elle atteindrait 20 millions d’euros. La hauteur exacte de cette indemnité reste inconnue, y compris des députés de la Chambre, y compris des députés de la Commission de la Justice, puisque Cafasso, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice refusent tous trois de transmettre ces informations. Un déni de démocratie et de transparence déjà observé ces derniers mois, dans ce dossier comme dans de trop nombreux autres.

Ces multinationales n’ont donc littéralement rien à perdre dans ce dossier, puisqu’elles seront de toute manière indemnisées. Quel intérêt vont-elle défendre auprès du Conseil d’Etat, si ce n’est leur intérêt à tirer profit de l’enfermement des détenus de Bruxelles, profits qui sont garantis par l’Etat belge et son système de Justice employé ici comme une vache à lait ?
Des multinationales aux pratiques douteuses

Nous déplorons de constater que ces multinationales ont en outre des pratiques douteuses (informations plus détaillées ci-dessous) :

·                    Macquarie, est épinglé dans plusieurs affaires d’évasion fiscale. Elle est connue pour sa gestion calamiteuse de l’eau en Angleterre. Elle est également confrontée à ses pratiques inacceptables aux USA dans des PPPs que Donald Trump veut étendre.
·                    PPP Infrastructure Investment B.V., partage toutes les caractéristiques d’un point d’ingénierie fiscale qui permettra à Cafasso d’éluder les impôts belges et européens.
·                    Denys NV, dispose de contrats importants avec l’Arabie Saoudite, qui viole allègrement les droits de l’homme dans son pays, mais également au Yémen. L’Arabie Saoudite a été condamnée par l’ONU pour le bombardement de civils au Yémen, où Denys a été réparer un pipeline au cœur du conflit.

Les opposants à la mégaprison de Bruxelles défendent une politique carcérale respectueuse des droits fondamentaux et publique, la sauvegarde d’un environnement vivable et une démocratie digne de ce nom. Ils se trouvent face à des institutions qui représentent l’Etat belge, accompagné désormais de trois multinationales aux pratiques douteuses.

Ø  Quelles justifications les partis politiques des exécutifs fédéraux et régionaux donnent-ils au choix de ces partenaires privés pour une mission qui incombe par essence à l’Etat ? Comment justifient-ils d’engager l’Etat dans un contrat, dont les détails ne sont toujours pas connus, pour un coût estimé à 3 milliards d’euros, avec des entreprises aux pratiques douteuses, et alors que tout indique qu’un système d’évasion fiscale est mis en place ?
Ø  Dans ces conditions, comment les députés justifient-ils le choix d’un PPP qui sera in fine payé par les contribuables et le budget de la Justice pourtant déjà trop maigre ?
Ø  Peut-on sacrifier au libéralisme économique la question fondamentale du sort de ceux que notre société enferme ?
Ø  Quel contrôle les députés réalisent-ils des activités de Denys n.v. qui dispose de contrats importants avec l’Arabie Saoudite, condamnée par l’ONU pour avoir bombardé des civils au Yémen ?
Ø  Les députés considèrent-ils qu’une entreprise basée en Belgique peut réaliser du commerce avec le régime contesté du Yémen, soutenu par l’Arabie Saoudite, sur le pipeline LNG qui est au cœur du conflit, et alors que l’Arabie Saoudite bombarde des civils yéménites ?

Les associations signataires demandent des réponses à ces questions urgentes.

Signataires et contacts :

Comité de Haren – Laurent Moulin – 0499 03 09 01
La Ligue des Droits de l’Homme – Damien Scalia – 0487 76 82 66
Observatoire International des Prisons – Section belge – Nicolas Cohen – 0470 02 65 41
Respire asbl – Jean-Baptiste Godinot – 0488 20 01 75
François Licoppe – économiste – 0496 90 70 49
Luk Vervaet – ancien enseignant à la prison de Saint-Gilles – 0478 65 33 78


*
*             *

Sur les pratiques douteuses de trois multinationales de Cafasso :
·                    Denys N.V., réalise plus de 60% de ses profits ailleurs dans le monde. Elle est notamment solidement implantée en Arabie Saoudite, où elle a ouvert une antenne[1] pour y engager plus de 1.000 personnes fin 2016.[2]
Ce pays viole allègrement et de manière récurrente si pas constante les droits de l’homme sur son territoire[3]. L’été dernier a vu la majorité fédérale accepter une résolution demandant de faire plus de lumière sur le commerce entre la Belgique et ce pays, après que Didier Reynders, MR, ait créé scandale en acceptant que ce pays dispose de la présidence de la commission des femmes à l’ONU.[4] Denys aurait été concerné par cette résolution. L’Arabie Saoudite est aussi ce pays qui a enfreint toutes les règles de droits et d’éthique en bombardant les civils au Yémen[5],[6],[7],[8],[9],[10]. Le Yémen fait face à une situation humanitaire catastrophique, et connait actuellement une épidémie de choléra de très grande ampleur avec plus de 600.000 cas depuis avril[11]. L’ONU demande une enquête indépendante sur ce conflit qui s’éternise, alors que Denys N.V. continue de faire du commerce avec l’Arabie Saoudite qui écrase la population Yéménite[12]. Denys n.v. réalise aussi des profits en allant réparer un pipeline au cœur de la guerre du Yémen[13],[14] sous protection armée du gouvernement, lequel est soutenu par l’Arabie Saoudite, précédemment citée. Est-il acceptable de faire du profit dans de telles conditions ?

·                    Macquarie Corporate Holding PTY Limited, de droit australien. Macquarie Group est un géant mondial, actif dans de nombreux secteurs qui vont de l’industrie minière au conseil et à la banque, en passant par la construction de prisons. Macquarie a en ce moment le projet de construire la plus grosse prison de Belgique donc, mais également celle d’Australie, près de Grafton (1.700 places)[15].
Dominique Lorrain, directeur de recherche à l’EHESS, a dressé un portrait de cette entreprise monstre. Si elle évolue au fil du temps, son ADN qui lie les infrastructures, les risques bas et l’ingénierie financière reste constante : « Le « modèle » Macquarie peut se définir en termes simples comme l’application de la technique du financement par la dette à des infrastructures. (…)Les dirigeants recherchent un équilibre subtil entre l’exigence de marchés ouverts (pour pouvoir y entrer) mais protégés par un monopole (pour garantir le résultat). (…) Dans ce modèle, l’infrastructure ne représente pas la substance du métier de la banque mais le support le mieux adapté au développement de son ingénierie financière ; c’est à la fois sa compétence principale et le moyen de produire de la valeur. »[16].
Macquarie est connue pour avoir tiré d’énormes bénéfices de la privatisation de certains services publics en Angleterre et les avoir profondément affaiblis et abimés. Le secrétaire général d'Unison, le plus grand syndicat d’Angleterre, Dave Prentis, déclare ainsi en décembre 2016 : «Macquarie a une mauvaise réputation - pour avoir accumulé une énorme dette d'entreprise, pour avoir rapatrié massivement des dividendes vers l'hémisphère du sud et nous avoir obligé de payer plus pour un service plus pauvre. L'entreprise qui a prouvé qu'on ne peut pas lui faire confiance pour l'approvisionnement de la nation en eau, va maintenant être responsable pour les conduites de gaz à des millions de maisons et d'entreprises. »[17]

Cette entreprise, qui a donc été choisie par la Régie des Bâtiments pour le projet de mégaprison, a en outre été épinglée dans un scandale bancaire en Australie[18],[19], accusée d’avoir manipulé la monnaie en Malaisie[20], elle est citée dans les luxleaks[21], les Offshore leaks[22]. La banque Macquarie est actuellement au cœur d’un scandale de harcèlement parmi ses employés[23]. Macquarie s’est également illustrée aux USA dans des PPPs qui posent de nombreuses questions[24].

Rappelons que Macquarie est aussi propriétaire de l’aéroport de Zaventem (25% des parts)[25], à un bruit de réacteur du site retenu pour la mégaprison. Comme de mauvaise habitude, les riverains qui ont essayé d’obtenir la copie du contrat de vente de l’état belge à Macquarie ne l’ont pas obtenu[26]. L’aéroport n’étant plus assez rentable, Macquarie chercherait à revendre ses parts[27].

·                    PPP Infrastructure Investment B.V., de droit néerlandais, localisé à l’adresse Claude Debussylaan 24, 1082MD Amsterdam, où des dizaines d’autres sociétés ont leur siège. Plutôt que d’une société, il faudrait parler d’une nébuleuse puisqu’elle ne s’est dotée d’un site internet, qu’il est donc quasi impossible d’en connaître les actionnaires, ni le portefeuille d’investissement… et que pour pouvoir accéder aux noms de ses administrateurs il faut payer.
Comme son nom l’indique, cette nébuleuse est active dans les PPP (Partenariats Publics Privés).
Par ailleurs, toujours comme son nom l’indique, cette nébuleuse est un BV c-à-d une société de droit néerlandais[28] dont la structure juridique est bien souvent utilisée aux fins d’éluder l’impôt, y compris par les plus grandes entreprises du monde[29],[30],[31].
Cela signifie que les bénéfices tirés de ce projet ne seront vraisemblablement pas imposés en Belgique. Pourquoi Denys fait-il sinon appel à un BV néerlandaise ? On s’étonne de n’avoir pas reçu d’information sur ce sujet malgré nos demandes répétées de faire la lumière sur le financement de ce projet. Les députés de la Chambre, qui ont déposé une proposition de résolution à cet égard, auront-ils plus de chance que les citoyens ? On l’espère car sinon, leur mission constitutionnelle de contrôle du gouvernement serait réduite à néant.

Ce qui est vrai pour la Belgique l’est pour les autres pays : même à l’étranger les mécanismes d’optimisation fiscale mis en place permettront plus que probablement que les bénéfices générés par la mégaprison ne seront que très peu imposés.
L’Etat belge est parfaitement au courant de ces législations « favorables » mais n’hésite pourtant pas à y faire appel dans un projet d’ « utilité nationale » à de tels intervenants étrangers, abandonnant ainsi un autre pan de sa souveraineté dans une logique du tout marché.







[1]http://denysarabia.com/
[2]http://studioweb.lesoir.be/mini04/fiche/denys
[3]https://www.amnesty.be/mot/arabie-saoudite
[4]http://www.levif.be/actualite/belgique/droits-des-femmes-et-arabie-saoudite-reynders-se-tortille-mais-ne-plie-pas/article-normal-655055.html
[24] https://www.nytimes.com/2017/06/06/business/dealbook/trump-infrastructure-plan-privatized-taxpayers.html?mcubz=1